Newsletter n°7 - Septembre 2009

EXPO PHOTOS

"Peuples de l'Himalaya"
de Daniel Collin

Venez nombreux admirer les magnifiques photos exposées par Daniel au Cabinet Médical 21 rue Marignan, 75008 Paris

Vernissage le 3 octobre 2009 de 17h00 à 20h00

Pour plus d'info, cliquez ici


NYINGMA PALYUL

Bientôt une nouvelle cuisine pour cet orphelinat-école


Un grand "merci" à Talents & Partage, fondation du groupe Société Générale, qui a accepté de soutenir ce projet, puisque son Conseil à voté unanimement pour son financement à hauteur de 6.700 €.

Nouvelle cuisine veut dire amélioration des conditions de travail pour un cuisinier, qui alors restera en place, et donc une meilleure alimentation pour les 270 enfants de cet orphelinat-école du Palyul, non loin de Pharping.

 

PROCHAINE MISSION

Une équipe AMTM de 13 personnes se rendra au Népal, dans la vallée de Katmandou, du 22 6ctobre au 6 novembre 2009.
Elle visitera les sites suivants :

   . Maison AMTM - Indépendants
   . Urgyen Do Ngak Choling
   . Manjughoksha
   . Palyul
   . Snowland Ranag Scool
   . Children of Sagarmatha
   . Indépendants de Pharping
   . Dispensaire de Pharping

 








Si la Newsletter ne s'affiche pas correctement dans votre messagerie, cliquez ici

UN ESPOIR QUI DEVIENT REALITE

Pour les familles tibétaines de la Pin Vallée au Spiti, au Nord-Ouest de l'Inde.


Témoignage de Brigitte Le Cossec, référent du site

Ils sont agriculteurs et éleveurs. Ils vivent dans l’une des régions les plus hostiles de la planète, coupés du reste du monde 8 mois par an à cause des abondantes chutes de neige qui bloquent les cols à 4 500 m d’altitude. Avant les premières neiges, le temps presse. Bientôt, ils ne pourront plus compter que sur eux-mêmes. Ils doivent impérativement terminer les travaux des champs et stocker assez d’orge pour survivre en autarcie pendant l’hiver, interminable.
Les conditions de vie dans cette vallée sont particulièrement difficiles et, pour y échapper, certains jeunes quittent les villages. Les plus chanceux suivront des études en ville et c’est délibérément qu’ils choisiront d’y rester ou de retourner dans la vallée pour aider leurs parents et perpétuer un mode de vie relativement ancestral…

La construction d’une maison médicale dans le village de Kungri où se trouve le monastère-école Sanag Choling sous la tutelle de Spiti Tulku, dignitaire religieux de la vallée est un espoir qui devient réalité.
En 2007, un travail important et indispensable : aplanir le terrain et enlever roches et terre pour commencer à préparer les fondations. 28 trous profonds vont accueillir 28 piliers en béton armé. Les menuisiers commencent à faire les fenêtres et les portes en bois. Ici, tout se fait en 4 mois. Le reste du temps, les conditions sont trop rudes pour travailler à l’extérieur (froid et neige).
En 2008, les travaux commencent : murs extérieurs du 1er niveau et toit coulé laissent deviner la structure de ce lieu de soins de proximité avec vue sur la vallée.
En 2009, la construction se poursuit. Après la construction du bâtiment, les cloisons intérieures pour délimiter au RdC le futur laboratoire, la pharmacie, les salles de consultations, le bloc opératoire et l’espace pour le dentiste sont en cours de finalisation. Au 1er étage, 6 chambres, l’espace de réunion. Avant mon départ l’électricité était installée.

 


DESSINER POUR SE RAPPELER...

... garder un lien avec sa terre-mère, le Tibet

Elle s’appelle Ani Lhekse Zangmo. Elle est née au Tibet dans une famille de nomades éleveurs de yacks, moutons et chèvres. Elle raconte sa vie sous la tente avec ses parents et sœurs ; son obligation de quitter sa terre-mère le Tibet à l’âge de 21 ans. Agée de 37 ans, elle est religieuse réfugiée à Rewalsar, ville sainte situé au nord-ouest de l’Inde.
Rencontrée il y a 3 ans, elle était affaiblie physiquement et psychologiquement, souffrant de divers maux, le regard triste et la voix étranglée. Rapidement parrainée, elle a pu quitter une petite chambre humide aux murs noircis par le moisi pendant la mousson pour un 2 pièces aux murs secs et joliment peints avec une vue vaste sur la vallée et les parcelles de riz en escalier. Lieu calme et propice à la médication pour cette pratiquante. Elle a pu également consulter un ophtalmologiste et acheter des lunettes, indispensable pour lire les textes religieux.
Elle revit. Au mur, ses dessins racontent sa vie au Tibet avec sa famille, dessiner pour se rappeler, pour garder le lien. Sa mémoire est vive, son visage s’illumine quand elle se raconte.

Aujourd’hui en bonne santé, elle organise sa vie avec plus de sérénité. Elle sait qu’à l’autre bout du monde sa marraine française la soutient, sa photo est posée sur son autel.



Vous recevez cet E-mail dans le cadre de votre adhésion à AMTM ou à votre abonnement à sa newsletter. Si vous souhaitez modifier vos préférences d’envoi ou vous désabonner, cliquez ici